Il s'agit ici de la restructuration lourde d'un appartement qui avait été aménagé dans une ancienne partie située au premier étage d'un local industriel. Un nouvel escalier a été disposé au centre, surmonté par une verrière d'accès à la toiture terrasse, transformée alors en jardin extérieur.
Dès le petit bureau situé près de l'entrée on découvre la profondeur complète de l'appartement, structuré par la présence de l'escalier et de sa passerelle .

Le regard est attiré par la lumière provenant de la terrasse accessible et dégringolant sur la passerelle qui relie les deux parties des chambres des enfants.

Vue depuis le fond de la grande pièce, près de la cuisine. A noter la richesse des volumes intérieurs existants qui a été conservée malgré le repositionnement de l'escalier.

Le salon télévision vient se loger sous une des chambres de l'étage, offrant un coin plis intime que le reste de la pièce principale à vivre. Tout au fond une fenêtre éclaire le petit bureau près de l'entrée.

Vue depuis l'espace télévision. L'escalier en acier noir brut semble très léger gräce à son garde-corps composé d'éléments en fers plats. Au fond, la cuisine, pièce discrètement ouverte sur le séjour.

Vue plongeante depuis la porte extérieure de la verrière d'accès à la terrasse. A noter le revêtement en parquet chêne de la passerelle.

La verrière de sortie sur la terrasse accessible est réalisée en aluminium laqué de la même couleur que les fenêtres et offre une forme géométrique pure. Elle débouche sur le sol en Ipé de la terrasse de 200 m2 entourée d'immeubles.

Une pergola ingénieuse a été mise en place par les propriétaires afin de préserver la vie extérieure de la famille. De la végétation en pots et un système d'arrosage automatique viennent compléter l'agrément de cet espace rare en centre ville.